Réforme assurance chômage : pas avant janvier 2021 !

Réforme assurance chômage : pas avant janvier 2021 !
(Last Updated On: 23 juillet 2020)

Bonne nouvelle pour les personnes au chômage : la réforme concernant l’assurance chômage n’entrera finalement en vigueur qu’à compter du 1er janvier 2021 au moins. Un nouveau report annoncé par le Premier Ministre, Jean Castex, à l’occasion de la conférence du dialogue social à Matignon en date du 17 juillet dernier.

Un nouveau report pour la réforme sur l’assurance chômage

Composée de deux volets, la réforme sur l’assurance chômage durcit les conditions d’obtention d’une indemnisation chômage. Alors que le premier volet a été instauré dès le 1er novembre 2019, le second aurait dû l’être depuis le 1er avril dernier. La pandémie de Coronavirus, qui a débuté courant mois de mars, a toutefois entraîné un report fixé au 1er septembre prochain.

Même si on a encore plus d’un mois avant cette date, le Premier Ministre Jean Castex a annoncé, dès le 17 juillet dernier que finalement, le second volet ne pourra pas être lancé à la date indiquée. Pour cause : la situation de crise qui perdure.

Un report ne vaut pas annulation

Pour les personnes au chômage, c’est une bonne nouvelle, mais attention, ce report ne vaut pas annulation. Jean Castex a d’ailleurs souligné durant son allocution qu’il s’agit d’une bonne réforme qu’il compte mener à son terme. Il faut juste patienter que le pays sorte de cette situation de crise pour reprendre là où on s’est arrêté. Pour l’heure, aucune date précise n’a été annoncée, mais on sait que la réforme ne pourra se faire avant le 1er janvier 2021.

D’ici là, les chômeurs recouvrent leurs droits à l’indemnisation conformément aux règles établies avant cette réforme.

Le premier volet de la réforme suspendu

Toutes les personnes qui se sont inscrites au chômage depuis le 1er novembre 2019 ont dû se plier aux nouvelles règles imposées par le premier volet de la réforme sur l’assurance chômage. Autrement dit :

  • Seules les personnes ayant travaillé pendant six mois durant les 24 derniers mois qui précèdent la perte d’emploi peuvent bénéficier d’une indemnisation. Avant la réforme, il fallait travailler au moins quatre mois au cours des 28 derniers mois pour toucher l’indemnité de chômage.
  • Les personnes de moins de 57 ans qui ont touché un salaire supérieur à 4 500 euros brut par mois verront leur indemnisation réduire de 30% à partir du septième mois d’indemnisation.

Depuis l’entrée en vigueur de ces mesures, de nombreux chômeurs autrefois bénéficiaires de l’indemnisation se sont vu retirer ce droit.

Face à la situation de crise due à la pandémie, l’ensemble de ce premier volet a toutefois été suspendu et ne rentrera en vigueur qu’à compter de 2021 également.

Et le second volet de la réforme, qu’implique-t-il ?

En ce qui concerne le second volet de la réforme, il se focalise sur un nouveau mode de calcul de l’indemnisation chômage.

Actuellement, les acteurs sociaux se basent sur le salaire journalier de référence qui tient compte des seuls jours travaillés par les demandeurs d’emploi pour effectuer le calcul. Une fois la réforme en place, ils partiront du revenu mensuel moyen pour calculer le salaire journalier de référence. Cela signifie que les périodes d’inactivité entreront désormais dans le calcul ce qui aura pour conséquence la baisse des allocations chômage de certains demandeurs d’emploi.

Pour les « permittents », ce sera un coup dur, mais c’est aussi une manière de les encourager à multiplier davantage leurs recherches d’emploi.

Related posts

Leave a Comment