Quels sont les softs skills recherchés par les recruteurs ?

Quels sont les softs skills recherchés par les recruteurs ?
(Last Updated On: 26 janvier 2022)

Au-delà du niveau d’études et de vos années d’expérience, les recruteurs se basent sur un autre critère souvent négligé pour trouver les bons candidats à recruter. Il s’agit des soft skills. De quoi s’agit-il et quels sont ces soft skills à avoir pour devenir le candidat idéal aux yeux des recruteurs ?

Qu’entend-on par soft skills ?

Le terme « soft skills » se réfère au savoir-être et aux compétences douces d’une personne. Il regroupe ses compétences comportementales et ses qualités humaines. Il est différent du « hard skills » qui se réfère plutôt au savoir-faire, aux compétences techniques et aux compétences pratiques.

Hard et soft skills ne sont pas contradictoires, mais complémentaires. Un bon candidat à un poste se doit d’avoir les deux, mais il est vrai que jusqu’ici, on tenait surtout compte des hard skills sans vraiment s’intéresser aux soft skills. Aujourd’hui, les choses ont changé puisque les employeurs veulent des candidats, à la fois, compétents pour le poste, mais qui ont aussi des qualités humaines leur permettant de mieux évoluer dans l’entreprise.

Lire aussi – L’arrivée des logiciels de recrutement pour les entreprises

Quels sont les soft skills à avoir ?

Quels sont les soft skills à avoir ?

Parmi tous les postulants à un poste, plusieurs ont les mêmes diplômes et les mêmes expériences. Par contre, tous n’ont pas les mêmes qualités et aptitudes en matière de savoir-être. C’est donc sur ce plan-là que vous devez vous démarquer des autres. Quelles sont ces qualités à avoir ?

L’autonomie

A cause de la Covid-19, le télétravail et le travail hybride se développent. C’est au cours de cette période pénible que les employeurs ont pu déceler une autre qualité essentielle que leurs salariés devraient avoir : l’autonomie.

En effet, faute de pouvoir se rendre au bureau, les salariés restent chez eux et, avouons-le, beaucoup n’arrivent pas à effectuer correctement leurs tâches. Il leur faut pourtant travailler d’où la nécessité d’être autonome et d’être capable de se débrouiller seul et à distance.

Un salarié autonome c’est celui qui sait prendre de bonnes initiatives, gérer son temps et se fixer des priorités. Si vous souhaitez attirer l’attention des recruteurs, c’est cette qualité-là qu’il faut développer et démontrer en premier. C’est le soft skills le plus recherché en 2021 et dans les années à venir parce que même si la pandémie prend fin (ce que l’on souhaite tous), certaines entreprises ont pris goût au travail hybride c’est-à-dire télétravail la majeure partie du temps et passage au bureau une ou deux fois par semaine et à l’occasion des réunions et assemblées générales.

Découvrez comment aménager son coin bureau à la maison

La capacité d’adaptation

Toujours à cause de la Covid-19, le monde du travail connaît de nombreux rebondissements, parfois inattendus. Vos salariés sont-ils capables d’y faire face ou sont-ils toujours réticents à tout changement ?

Le problème c’est que lesdits changements ne viennent pas forcément de l’entreprise, mais des situations changeantes. Il est donc important pour un salarié de savoir s’y adapter, d’être flexible et de ne pas se laisser déstabiliser par les imprévus. Des difficultés d’adaptation peuvent nuire à la productivité d’un employé.

Lire aussi – L’importance de l’innovation en entreprise

Face à un avenir incertain et aux crises que les entreprises auront à passer, les recruteurs veulent alors embaucher des candidats flexibles et capables de s’adapter à toutes situations.

La créativité

Dans une entreprise, les bonnes idées sont toujours les bienvenues. C’est d’ailleurs d’une bonne idée que les start-ups voient le jour.

A l’heure où la concurrence entre les entreprises est forte, innover est la seule manière pour rester différent et pour agrandir sa part de marché. Voilà pourquoi les recruteurs sont en quête de candidats créatifs que ce soit dans les start-ups ou dans les grandes entreprises.

Lire aussi – Création d’une start-up : quelques conseils pour réussir

L’esprit d’équipe

Dès le recrutement, chaque candidat est évalué sur différents points : ses compétences techniques, ses qualités et son aptitude à évoluer en équipe. C’est pour cela qu’on fait passer un assessment aux candidats les plus prometteurs. Durant cet examen, la dernière étape consiste à voir comment il réagit au sein d’une équipe. Sait-il avancer avec les autres ou a-t-il tendance à écraser les autres ? Si vous appartenez à cette deuxième catégorie, vous devez chasser ce caractère, car les employeurs n’en veulent pas.

A lire – Comment bien préparer un assessment ?

En effet, pour recruter de nouveaux candidats, les responsables des ressources humaines ne considèrent plus la performance individuelle comme d’un critère d’évaluation. Ce qu’ils veulent c’est une personne qui pense collectif, qui œuvre chaque jour pour renforcer la cohésion de son équipe, qui travaille avec les autres membres de l’équipe pour évoluer dans l’entreprise … Autrement dit, avoir l’esprit d’équipe est désormais primordial, car c’est ce qui crée de la valeur. On parle aussi d’intelligence collective.

L’esprit critique

Rares sont les salariés qui ont cette qualité et pourtant, c’est un des soft skills que les entreprises s’arrachent actuellement. La pensée critique c’est la capacité de prendre du recul, de remettre en question ce qui est acquis et ce qui a été fait pour trouver des solutions à un problème.

Les entreprises préfèrent de loin recruter des salariés qui savent se remettre en question pour évoluer que des salariés qui n’acceptent aucune critique et pensent ne jamais faire d’erreurs.

Si vous voulez séduire les recruteurs, avoir l’esprit critique est une qualité à développer. En gros, il faut être capable de mener un raisonnement (déductif ou inductif) de manière logique pour trouver des solutions pertinentes à chaque problème.

L’intelligence émotionnelle

Alors qu’auparavant, les employeurs s’intéressaient surtout au QI (quotient intellectuel) des employés, de nos jours, ils tiennent surtout compte de leur QE (quotient émotionnel) ou intelligence émotionnelle (IE). De quoi s’agit-il ?

C’est une forme d’intelligence qui se base sur la conscience et la maîtrise de ses émotions pour communiquer et interagir avec les autres. Elle se rapproche de l’empathie et se manifeste par les compétences sociétales, la motivation … Pour les experts, c’est l’IE qui décrit plus l’intelligence d’une personne et non le QI.

La résolution des problèmes complexes

C’est l’un des soft skills les plus recherchés par les recruteurs. Il faut comprendre que si une entreprise crée un poste c’est parce qu’il a des problèmes précis à résoudre. Elle crée alors le poste qui y correspond et y affecte la personne la plus apte à les résoudre.

Même si résoudre des problèmes semble logique, il ne l’est pas pour tous les employés. Certains se contentent de suivre les autres sans jamais prendre d’initiatives afin de résoudre les problèmes qui surviennent. De ces salariés-là, les entreprises n’en veulent plus d’où leur intérêt particulier pour les candidats qui ont cette qualité.

En gros, la capacité à résoudre des problèmes consiste à utiliser la logique et l’imagination pour trouver la solution la plus pertinente. C’est aussi savoir analyser pour établir un ordre de priorité.

Le jugement et la prise de décision

Dans une entreprise, la prise de décision et le jugement reviennent surtout aux leaders. Pour les postes de managers, de chefs d’équipe, de directeur … en gros, pour tous les postes à responsabilité, les recruteurs veulent des personnes qui savent juger en toute objectivité pour pouvoir prendre les décisions qui s’imposent.

Pour être un bon candidat, vous devez tenir compte des tenants et des aboutissants de chaque situation, ne pas se hâter à juger, prendre le temps de se poser les bonnes questions pour ensuite adopter la meilleure décision. Pour résumer, vous devez savoir faire des choix réfléchis pour le bien de votre équipe et de l’entreprise.

Le sens du service

Un employé qui accepte de mettre ses compétences au service de ses collègues ou des autres départements de l’entreprise n’est pas seulement un salarié polyvalent. C’est aussi un salarié qui a le sens du service, car même s’il a été recruté pour occuper un poste précis et remplir des tâches précises, il n’hésite pas à donner un coup de main aux autres pour le bien de l’entreprise.

Il n’attend pas non plus qu’on le lui ordonne pour gérer une situation d’urgence, pour former un collègue … En gros, c’est une personne sur qui l’entreprise peut compter et c’est une qualité inestimable.

La négociation

La plupart des gens pensent que négocier rime avec argumenter pour imposer son point de vue aux autres sans écouter leurs avis. Si vous êtes de ceux qui pensent cela, il est temps de changer votre point de vue si vous souhaitez vous faire aimer des recruteurs.

Pour cause, négocier consiste à défendre son point de vue tout en restant à l’écoute des idées de ses collègues. C’est un peu comme débattre, mais tout au long de la négociation, vous devrez être à l’écoute, savoir rebondir et interagir avec les autres pour essayer d’instaurer votre point de vue. C’est un jeu intellectuel auquel vous devez exceller, car les employeurs adorent cette qualité.

La souplesse cognitive

Les personnes qui ont cette qualité ont la capacité de s’adapter à son interlocuteur pour que la compréhension s’installe. Elles savent que la manière de discuter avec un client ne sera pas la même qu’avec un supérieur hiérarchique ou avec un collègue. Il en va de même pour les réactions.

La souplesse cognitive englobe la flexibilité mentale, le quotient émotionnel et l’esprit critique. Dans une certaine mesure, elle se réfère à la capacité d’une personne à communiquer avec les autres. Il faut effectivement noter que communiquer ne se limite pas à échanger des mots. C’est mettre des gestes et des images sur les mots pour réussir à convaincre son interlocuteur et à attirer son intérêt.

La gestion du stress

Le stress est un fléau qui touche tous les secteurs et tous les salariés. Toutefois, certains employés ont plus de facilité que d’autres à le gérer pour éviter le burn-out. Dans un monde idéal, on se contentera seulement de l’éviter, mais comment faire alors que le monde où nous vivant nous invente toujours plus de problèmes ?

La gestion du stress est rattachée à la capacité de chacun à résoudre des problèmes, à faire face aux changements, à s’adapter aux imprévus … Un bon candidat est celui qui ne se laisse pas déstabiliser facilement. C’est celui qui continue de chercher des solutions malgré la pression. C’est celui qui ne laisse pas ses problèmes l’emporter sur ses émotions.

C’est un travail de longue haleine, mais que chacun peut réussir à développer en puisant dans toutes les autres qualités citées ci-dessus.

Related posts

Leave a Comment

*

code